Vous êtes ici : Accueil > Espace visiteurs > les formations post-bac > classes préparatoires littéraires (CPGE) > Témoignages d’anciens élèves > Sarah prépare actuellement l’agrégation d’anglais à l’ENS de Cachan
Publié : 16 février 2011

Sarah prépare actuellement l’agrégation d’anglais à l’ENS de Cachan

Je m’appelle Sarah L., j’ai fait deux ans de classes préparatoires au Lycée Jeanne d’Arc et je suis actuellement en troisième année à l’Ecole Normale Supérieure de Cachan, où je prépare l’agrégation d’anglais.

J’ai énormément appris lors de mes années d’hypokhâgne-khâgne, intellectuellement, bien sûr, car nous recevons une formation de grande qualité dans l’ensemble, mais aussi sur moi-même, puisque ces deux années exigent une grande force de caractère et nous encouragent à donner le meilleur de nous-mêmes.

Comme j’étais intéressée par de nombreux domaines, la prépa était pour moi l’opportunité idéale de continuer à étudier un large éventail de matières tout en commençant à me spécialiser en anglais. Je suis aujourd’hui presque nostalgique de ces années, même s’il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une formation somme toute exigeante, durant laquelle on traverse parfois des périodes difficiles. Mais si l’on s’accroche, le bénéfice intellectuel que l’on peut en tirer est immense.

Le lycée Jeanne d’Arc est, à mon avis, un bon compromis pour des élèves désirant faire hypokhâgne-khâgne mais appréhendant le stress et la compétition souvent associés aux grandes prépas parisiennes. De nombreux professeurs sont très attentifs aux élèves, ce qui permet à un rapport privilégié de s’instaurer.

Cela fait un moment que je souhaite devenir professeur et ces deux années m’ont offert la voie idéale puisque je passe aujourd’hui l’agrégation à l’ENS. Au-delà de la culture générale, j’ai énormément appris en termes de méthode, notamment pour ce qui est des exercices de la dissertation et du commentaire, et j’utilise encore dans mes devoirs d’agrégation les conseils qui nous ont été donnés.

Je finirai en m’adressant à ceux qui ont peur de la charge de travail : ne vous inquiétez pas, la formation est certes difficile mais nous avons tout de même le temps de sortir, de faire du sport et de garder une bonne vie sociale !