Vous êtes ici : Accueil > Espace enseignement > disciplines > musique > Conférence sur l’accordéon-musette, richesse de la culture française jeudi 5 (...)
Publié : 4 novembre 2015

Conférence sur l’accordéon-musette, richesse de la culture française jeudi 5 novembre

Conférence en rapport avec la grande question de terminale L musique "Diversité et relativité des cultures" représentée cette année par quelques œuvres de Richard Galliano.

JPEG - 2.9 Mo

Gérard Deloutre est un accordéoniste-bandonéoniste, mais également saxophoniste, bien connu dans la région Haute Normandie formé à l’école du bal-musette.

JPEG - 106.7 ko

"Lorsque l’on parle du musette, il faut insister sur le côté danse (on jouait tout à l’accordéon, valses, javas, marches, paso dobles, tangos etc.. tout ce qui se dansait). Ils ont tous fait danser. La différence se faisait sur des accordéonistes au son très musette comme A. Verchuren, Aimable, Y. Horner et des accordéonistes au son "américain" comme Jo Privat. Privat était dans la lignée des Viseur, Murena qui se frottaient au jazz. Dans les années 50/60 les premiers faisaient exclusivement du bal, du disque et des compositions. Privat avait le Balajo (rue de Lappe je crois). Mais peut-être que sur Paris, les bons avaient d’autres débouchés que le baloche (vedettes de la chanson, studio, enseignement) et d’autres influences. Verchuren n’a fait que ça avec quelques millions de disques et pas mal de SACEM. Le bal musette a été jusque dans les années 60 un phénomène populaire étonnant et ça continue aujourd’hui. J’ai connu en Limousin Jean Ségurel qui faisait 5 bals par semaine et qui était plusieurs fois millionnaire du disque. Les accordéonistes "professionnels" que j’ai connus jeune faisaient tous du bal et parfois enseignaient l’accordéon."

Portfolio automatique :